Antilustre

by Milkilo

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €3 EUR  or more

     

1.
2.
02:51
3.
4.

about

Split with MARIA MAGDALENA
Each band have :
2 tracks on vinyl + 2 track on CD (including a cover)
Download comes with Maria Magdalena's tracks

Available on 7" gatefold with colored vinyl with CD-R inclued

credits

released March 15, 2012

Recorder by Jonas Martinière at Ursa Minor, St-Etienne
Mixed and Mastered by Sylvain Biguet.

tags

license

all rights reserved

about

Milkilo Saint Étienne, France

Bass & Drum duo - Noise/Sludge/Trance

contact / help

Contact Milkilo

Streaming and
Download help

Track Name: La Mécanique du Code
La fin des temps suggère qu’il y aurait plusieurs temps, la fin du temps de pose n’est qu’une question de volonté, prendre le temps d’éclore, prendre la décision de vivre, perdre pied dans la découverte, dans l’absence, apprendre le code et jouer avec, prendre les cases, faire des trous dedans, inverser les phases, voir comme le code est mécanique. Avancer ou reculer, plaire ou s’affirmer, voir ou oublier, étouffer ou courir, mordre puis grandir, toucher contre ignorer, risquer ou planifier, pleurer ou s’absenter. Changer, stagner, prendre conscience du choix qui s’opère sans souffrir de la fin d’un temps car chaque instant agit pour une vie, changes les faces, tu changes les cases quand les yeux sont ouverts, quand tes yeux se ferment et que parfois tu rêves alors pourquoi ne pas dépasser un peu du coloriage qu’on semble vouloir te faire achever.
Track Name: Les Lambeaux
Au présent je mets du scotch pour arrêter l’hémorragie, essayer de garder quelque chose de moi-même, essayer de se sentir vivre, acheminer les lambeaux.
Track Name: Barrages & Combattants
Les minutes raclent et il n’y aura bientôt plus que des mirages, des orbites desséchées. La sécheresse ; c’est la clôture ; le barrage et la fin ; des litres arrimés au béton ; De la mer et de l’océan est la barricade de l’homme ; Entre la chair et le sang ; frontière de viande ; le sel nous abreuve ; De qui suis-je l’enfant. Le prix du sens comme l’effroi de la page blanche ; Je suis le fils de la lune et mon cycle régit les éléments et le père se retire sous mon reflet ; mais tout le fer du monde n’effleurera pas mes ombres ; et le voyage du temps persiste et les pierres s’écartent ; en votre nom la mer est morte ; mais la phrase ne se conclue pas ; il y a des œuvres qui ne se livrent pas et l’histoire tiens son propos fidèle ; Le dictionnaire n’est que votre patience. Les cadres s’écartent, les cartes tombent, et même si les lignes dérapent, dans le chaos des mémoires, Nyx défie l’Erèbe, combattants de l’obscur. Je vois les corps se perdre et les âmes abandonnent, je vois la misère de l’esprit qui meurt à petit feu, et comme la neige est grise. Comme la mémoire est un instant difficile. Armée de violence. Les échos insalubres des passés qui te rongent. Il y a tant de choses enfermées. C’est comme si l’homme, après toutes ses strates avait aiguisé son pouvoir. Une destruction, la fin d’une échappée par la magie des gangrènes. Une chaise électrique de connexions neuronales. Les prisonniers du sens. Il y a un chemin perdu dans les allées du choix, les aléas de chaque seconde, et la tension est palpable entre chacun de tes pas, et pour chacun une notion du raisonnable de la force tendue. Un pas de fissure pour un pas de souplesse, et tu continues d’avancer, de toute tes humeurs, l’évidence ne te tend pas toujours la main. A l’habitude d’une histoire de contraintes.